Skip to content

La contagion du bas de gamme.

avril 20, 2012

Depuis des années, l’Europe est envahie par des produits bon marché et de médiocre qualité. Nos T-shirts ont été parmi les premiers concernés. Très rapidement, l’ensemble de nos vêtements en prêt-à-porter a suivi. Le fer à repasser, le grille-pain, l’aspirateur, l’imprimante, le fax, les jouets, les objets de décoration et bien d’autres ont suivis le mouvement.

Pourquoi payer 300 ce qu’on peut acheter à 100 ? Irrésistible …

Parmi les secteurs qui se sont engouffrés dans la course aux prix de production le plus bas possible, l’électro-ménager tient en effet une place de choix. Des marques européennes qui produisaient des articles sérieux, fiables, ont sans état d’âme délocalisé l’entièreté de leur production.

Il ne nous a pas fallut trop de temps pour constater que ces objets qui donnaient l’impression d’être « l’affaire de l’année » terminaient leur vie de manière anticipée dans nos poubelles… A-t-on pour autant pris nos leçons ?

Toutes ces années laissent évidemment des traces. Le plus dangereux, selon moi, c’est que cela laisse des traces dans les mentalités.

Aujourd’hui on nous propose d’acheter bas de gamme, de manger bas de gamme, de s’équiper bas de gamme. de s’habiller bas de gamme.

Ce qui devrait avoir un aboutissement logique: on va bientôt penser bas de gamme.

Nos cerveaux, nos réflexes sont de plus en plus conditionnés pour dénicher ce qu’il y a de moins cher. Les agences de publicité  semblent avoir définitivement renoncé à communiquer avec talent lorsqu’il s’agit de certains secteurs comme celui de la grande distribution. Elles ne frappent que sur un clou, toujours le même, dans toutes les langues : moins cher, toujours moins cher.

Ne faut-il pas donner aux gens ce qu’ils désirent ?

Dans cette poursuite constante du bon marché, il y a quelque chose de dérisoire, de désespérant et de malsain.

Les entreprises qui sont entraînées dans ce tourbillon du prix sont souvent celles qui ne possèdent pas une différence suffisante par rapport à leurs concurrents. Ce sont ce qu’on appelle en jargon marketing des me too products.

Les entreprises européennes qui n’éprouvent pas le besoin de délocaliser ou qui refusent d’entrer dans le bradage des prix  sont évidemment celles qui investissent dans l’innovation. C’est la voie la plus sure pour se différencier. Et posséder une différence, ça vaut de l’or.

L’Union européenne s’occupe d’un tas de choses qui ont un impact sur la vie des entreprises. Elle pourrait d’avantage promouvoir la créativité.

Publicités

From → Notre cause

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :